IMAGES

exhibit/expoValérie Champigny
pictures must be used with artist's & photographer's names























--------------------------------------------------------------
exhibit/expoTommy Vissenberg
pictures must be used with artist's & photographer's names















exhibit/expoSophie Mouron
pictures must be used with artist's & photographer's names
pictures must be used with artist's & photographer's names
photography : Guy Lenoir







(photo Ph. Coutaut)


exhibit/expoAlice Raymond
pictures must be used with artist's name









exhibit/expoAurélie Martinez
pictures must be used with artist's name











exhibit/expoClaire Paries
pictures must be used with artist's & photographer's names
photography contribution : Laurent Jackel































exhibit/expoAnne-Laure Boyer
pictures must be used with artist's name




 


exhibit/expoLucie Bayens
pictures must be used with artist's name




























exhibit/expoSiona Brotman
pictures must be used with artist's name

A l'occasion de l'exposition de Siona Brotman, Catherine Pomparat nous en porpose sa lecture:





Zone d’Activité Artistique à Domicile accueille Siona Brotman
Des jardins en mouvement enfantin
À peine arrivée dans l’espace domestique —et ouvert sur la rue, où des peintures, des dessins et des films d’animation sont exposés, des gestes peints reproduisent les mouvements innocents et naïfs d’où je viens. Le temps de l’exposition, j’ai laissé un moment l’enfant dont j’ai la garde. Son innocence et sa naïveté sont protégées dans un jardin dénué de danger. Par un mystère que je ne cherche surtout pas à élucider ce Jardin en mouvement enfantin m’a suivi jusqu’ici.
Avec cet adjectif enfantin je ne qualifie pas tout-l’œuvre-peint mais juste un trait de caractère propre à ce type de jardin ou plutôt aux impressions qui restent dans ma tête en y repensant ce matin.
- Qu’est-ce que ça peut bien être un jardin naïf et innocent ?
Un jardinier bien attentionné à l’égard de la nature a montré non pas ce que c’est cette façon de jardiner mais ce que ça fait à la terre quand le râteau laisse aller ses trainées dans le vent au rythme de chansons sans partition qui transportent des graminées éphémères —Et ce que ça lui fait, à lui, le jardinier.
Laissons le jardinier Clément et son Jardin en mouvement. 

Passages. Maintenant, ce sont des « peintures où il est question de mouvements, de déplacements, de changement » (SB) qui occupent le souvenir de mes sensations et des « instants où tout peut devenir une peinture. » (SB)
N’importe quoi, tout ce qui passe, nuages, marées, chemins, moissons, poissons et jeux d’enfants encore davantage dans l’eau bariolée du courant, soulève également le pinceau de l’artiste. Battant de désirs le temps passe.
Cette matière picturale vivante en mouvement où —paradoxalement peut-être ? le tableau m’arrête un instant, est comme un pont.  Le grand format de la surface peinte fixe le flux coloré du mur où il est posé.
De quel côté de la rive suis-je donc ?
Quand je regarde —un assez long moment, le dos tourné appuyé sur le parapet d’un champ de blé, plus de points dorés en guise d’épis surexposés, tout devient traits, lignes, traces colorées. Métamorphoses de matière animée : d’un côté la campagne avec la sensualité d’une femme : Passage. Huile sur toile, 170cm X 210cm, 2012 ; de l’autre la mer avec une virilité affirmée dans l’attention d’un père dénudé qui observe ses enfants en train de se baigner dans le soleil presque couché : Un Moment, Huile sur toile, 120cme x 100cm, 2014.
En figure de premier plan, en avant, de dos, poussée par un vent cheminant, ma robe barbouillée plein été et ma coiffure ébouriffée d’herbes coupées reniflent la pêche jaune et juteuse. Je ne vais pas faire une fois de plus comme s’il m’était possible de dire quelque chose sur la peinture que je suçote comme une baie sucrée et acidulée. L’activité de « tenir un discours sur » n’est plus —pour ma joie ! mon métier. Les autorités parlantes (pléonasme, c’est le propre des autorités d’imposer leurs manières de parler) n’ont pas la délicatesse de s’effacer devant un tableau, un dessin, un film ou un pas de danse. Ils proclament « j’y étais ! ».  
Le présent où je suis dans la peinture n’annonce rien. Il ne réclame rien et ne se réclame de rien. Je vois juste un peu de ce que les tableaux à deux dos veulent bien me donner des deux visages imaginés dans la forme des paysages regardés. Selon ce mode singulier d’une vision de l’un renvoyant à celle de l’autre, la femme illuminée du champ de blé lie et délie la liesse mouillée des enfants paternés.
« Whose side are you on? » Faut-il le demander en anglais pour que ce dualisme pictural renforce l’esprit de gémellité qui me fait délicieusement osciller entre les trois films d’animations présentés dans le sas d’à côté. Forme, image, événement, des dessins in progress avancent dans l’obscurité d’un rideau tiré vers une rencontre hasardeuse : le point final n’est pas tiré.
L’âme de la triade vidéographiée n’est pas montrée, elle est donnée dans le petit couloir à côté : des lignes colorées interminablement animées. 
Le paradoxe du temps retrouvé dispose de motifs activés par des cris d’enfant et des sensations de parents.
ll n’y a pas d’espace perdu, il n’y a que du temps suspendu entre deux points animés qui s’opposent sans prendre la pose.
Assis paisiblement sans rien faire le printemps vient et l’herbe croît d’elle-même, écrit le sage chinois. Qui est assis ? On pense à un Satori qui ne se demande pas qui est assis. La peinture comme la poésie : peu importe celle ou celui qui est debout ou qui est assis, la posture estivale n’est pas le sujet saisi ici.
Ce qui fait ce moment d’arrêt c’est la situation, les circonstances qui ne peuvent être signalées par aucune durée mesurée. Ce n’est pas le temps qui passe dans ces peintures, c’est l’espace inutile d’un instant d’oisiveté. La figure représentée est dépossédée de sa consistance de sujet : peau tannée ou visage démaquillé, l’épaisseur de la matière picturale est inlassablement laminée.
Nulle attente. Une expérience émotionnelle de l’espace matérialisé dans un moment d’arrêt où tous nos sens sont aguets.
Et me revoilà avec ma grenouille qui n’en finit pas de sauter :
la vieille mare
une grenouille saute dedans
oh le bruit de l’eau

Catherine Pomparat  







exhibit/expoPierre Touron
pictures must be used with artist's name



 


exhibit/expoAlexandre Roudeix
pictures must be used with artist's name

 
 

 

photo Carole Coutaut
photo CC
photo CC

photos Aurélie Martinez




exhibit/expoGuillaume Trouillard
                   lecture/ readingJonathan Hénault
pictures must be used with artist's name 


 Jonathan Hénault en lecture



Guillaume Trouillard au fond à gauche







exhibit/expoClaude Caillol
pictures must be used with artist's name 







 


exhibit/expoAlice Raymond
pictures must be used with artist's name 






 



exhibit/expoMichael von Erlenbach 
pictures must be used with artist's name 






expo/exhibitJacqueline Soir
pictures must be used with artist's name 
 
           

expo/exhibitPascal Ruetsch  
pictures must be used with artist's name 










expo/exhibitSébastien Chevalier
pictures must be used with artist's name 



































expo/exhibitAR
pictures must be used with artist's name  















  


















expo/exhibitSteven Riolet
pictures must be used with artist's name